Skip to content

La vraie définition du taux de rebond, pourquoi faut-il le démystifier ?

« Un taux de rebond n’est jamais bon au-delà de 70%. »

Cette phrase pourrait rapporter énormément d’argent. Si l’on devait gagner 1€ à chaque fois qu’on l’entendait, nous serions tous déjà riches 💸

Plus sérieusement, cet article a pour objectif de démystifier certains mythes (🤓) à propos du taux de rebond.

Les mythes les plus récurrents :

  1. « Le rebond c’est moins de 3 secondes sur ta page d’accueil sans faire d’actions »,
  2. « Un site ne devrait jamais avoir un taux de rebond supérieur à 70% »,
  3. « Le taux de rebond impacte directement le classement sur Google (SEO). »

La vraie définition du taux de rebond

Prenons le premier mythe.

« Le rebond c’est moins de 3 secondes sur ta page d’accueil sans faire d’actions. »

Nous avons ici la fausse idée que nous nous faisons du taux de rebond. Soit par un cours de marketing, soit par un collègue persuadé d’avoir bien appris son cours de marketing.

[Nous les premiers 👋]

La vraie définition du rebond est celle-ci (source : Google) : « un rebond est une session d’une seule page sur un site, ne déclenchant aucune requête. » Autrement dit, un visiteur qui ne déclenche aucune action sur une page uniquement, puis quitte le site internet. Le taux de ces rebonds n’est autre que le pourcentage de toutes ces pages à session unique et sans action divisées par le nombre de sessions au total.

Et là reflexe : « mais le mythe a raison, non ? » 🤔

  

Si un visiteur :

  • quitte un site en moins de 3 secondes,
  • sans avois déclenché quelconque action,
  • comme visiter une autre page du site,

Alors oui, il s’agira bien d’un rebond ! Mais sur n’importe quelle page, et pas QUE sur la « page d’accueil » 🙃

 

Puis, ce que cette définition épargne de dire, est que les sessions de rebond dépassent très souvent les 3 secondes.

Par exemples :

  • lorsqu’un visiteur lit un article,
  • lit l’entièreté d’une page d’accueil qui est bien fournie,
  • accède à un site dit « One-Page », où tout le site repose sur une seule page.

Le taux de rebond doit ainsi être nuancé des autres indicateurs de son site internet, que donne par exemple Google Analytics.

Qu'est-ce qu'un bon taux de rebond ?

Second mythe.

« Un site ne devrait jamais avoir un taux de rebond supérieur à 50%. »

Mais vous me direz, même après avoir lu la bonne définition du rebond « pourquoi un taux de rebond au-dessus de 50% est ok ? ». Tout va dépendre de l’objectif que vous donnez à votre site 🎯

Si vous souhaitez que, pour chaque session sur votre site, plusieurs pages soient vues, alors vous ne cherchez pas à atteindre un taux de rebond élevé.

Exemples : les sites avec plusieurs pages produits, avec une page d’accueil peu renseignée, etc.

Si en revanche, vous avez :

  • un site ne contenant qu’une page,
  • une page d’accueil très fournie,
  • un blog
  • et donc très peu d’actions poussées

Alors, un taux de rebond élevé est normal ✅

Car dans ces cas, les sessions d’une seule page sont au final, la norme. La seule chose sur laquelle vous devriez vous inquiétez est plutôt le manque d’action. Si en effet, votre objectif est de tout de même recevoir :

  • un formulaire rempli,
  • un appel,
  • ou une inscription à une newsletter.

Alors, l’action d’optimiser votre page est de votre côté 🔃. Pour ainsi répondre à la question, il n’y a pas de « bon taux de rebond ». Tout est question d’objectif attendu, de format de site Internet et d’actions à prendre si objectif non atteint.

—> Vous pouvez également changer la définition de votre taux de rebond sur Google Tag Manager.

Le taux de rebond impacte-t-il vraiment le classement de son site sur Google ?

Troisième et dernier mythe.

« Le taux de rebond impacte directement le classement sur Google (SEO). »

Parole de Marketeur, ce dernier mythe fut difficile à accepter 🤪. Ce qui sauve nos croyances en revanche, c’est que ce dernier a un impact indirect.

Pourquoi ce mythe pose malgré tout problème ?

Il fait croire que dans le calcul de l’algorithme (complexe certes) de Google, une des variables est le taux de rebond. Or, il ne l’est pas.

Google a pourtant bien indiqué que cette information était faussée. Mais matrixés que nous sommes Marketer/entrepreneur/étudiant, nous n’y croyons pas. Le compte Google Analytics le dit lui-même sur X (ex Twitter). Le taux de rebond n’est pas « le pouls de la santé d’un site ». Autrement dit, le taux de rebond n’est pas THE indicateur de santé d’un site internet 🏥. Ce que sont, en revanche, d’autres indicateurs.

Définition du taux de rebond - Twitter Google Analytics

Aussi, une ancienne tête de Google, Matt Cutts, précédemment Head of Webspam de Google, disait souvent qu’un « rebond n’est pas forcément négatif, car cela veut dire que l’utilisateur a trouvé l’information qu’il souhaitait. » Il a également souvent nié la présence du taux de rebond dans le calcul de l’algorithme.

En revanche, ce qui intervient directement dans le calcul c’est le taux de retour à la SERP* (page de résultats). Car cela veut dire que l’utilisateur n’a pas été convaincue de l’information donnée par la page.

Aussi, le temps de chargement impacte directement votre référencement. Si vous dépassez les 3 secondes de chargement par page de votre site, alors le visiteur va très probablement quitter la page. Et Google va comprendre le seul message qui l’intéresse : le site n’a pas été utile à son utilisateur, donc je ne mets pas en avant ce site.

Mais du coup, comment le taux de rebond a un impact indirect sur le classement Google ?

Pour une page où l’objectif est d’y avoir une action minimum, mais où le taux de rebond est élevé, l’action est du côté du Marketeur.

Certains ajustements de mises en page doivent être réalisés pour inciter à cliquer.

Ces ajustements sont, pour beaucoup, liés à des variables de l’algorithme Google. En améliorant donc le site, le Marketeur permet de faire évoluer la position sur Google.

Lire aussi :

SEO : 8 bases pour un bon référencement Google
Optimiser son référencement : quel outil SEO utiliser ?

En résumé,

Il n’est pas nécessaire d’avoir peur du taux de rebond. Il n’ira pas dire à l’algorithme Google « ce site est une catastrophe, il faut le classer à la page 50 de Google 😱 ». Mais il va plutôt vous indiquez à VOUS, la marche à suivre pour une ou plusieurs pages de votre site. Notamment sur leur optimisation UX* et SEO. Voyez finalement le taux de rebond comme un messager pour vous prévenir ! Le pigeon des temps modernes 🐦

Le plus important à distinguer de l’analyse d’un taux de rebond est :

  • s’il est celui d’une page destinée à être lu en session unique,
  • ou d’une page qui a l’objectif d’amener un prospect, ou client direct.

A partir de là, vous saurez s’il faut réellement ou non optimiser votre site, et où.

Lire aussi :

Comment optimiser à juste titre son taux de rebond ?

Partager